Nombre total de pages vues

lundi 30 janvier 2017

OPEN RANGE

2003. USA. En couleurs. Une distribution Touchstone Pictures et Pathé films.
Un film de Kevin Costner.

 Robert Duvall regarde de façon suspecte Costner. En même temps, un gars de 48 ans qui a comme prénom Kévin, c'est forcément louche.
Avec dans les rôles principaux:
Robert Duvall   (Boss Spearman)
Kevin Costner   (Charley Waite)
Annette Bening   (Sue)
Michael Gambon   (Denton Baxter)
Michael Jeter   (Percy)
Diego Luna   (Button)
James Russo   (Sheriff Poole)
Abraham Benrubi   (Moose Harisson)

Le résumé:
1882, quatre hommes (Boss Spearman le cowboy vétéran; Charlie Waite qui se révèlera être un ex pistoléro; Moose, l'armoire à glace et l'apprenti vacher Button) conduisent un troupeau à travers les prairies du Far West.
Alors qu'ils se reposent à leur campement, un violent orage éclate et ils sont obligé de faire une halte prolongée. Immobilisés à cause des intempéries, ils utilisent plus de nourriture que prévu.
Boss décide d'envoyer Moose à Harmonville (le patelin d'à coté) pour faire le plein de provisions.
Mais Moose ne revient pas. Boss et Charlie décident d'aller en ville, le chercher.Il lui est surement arrivé quelque chose.
Effectivement, l'homme du relais pour les chevaux, leur explique que Moose a été pris dans une bagarre qu'il n'a pas déclenché avec des éleveurs locaux. Il se trouve en prison, bien amoché.
Spearman et Waite se rendent au bureau du shériff pour récupérer Moose.
Poole, le shériff est catégorique. C'est bien Moose qui a déclenché la bagarre dans l'épicerie. Ses amis ne le croient pas, ce n'est pas le genre de Moose.
Poole veut bien le laisser sortir, mais demande aux deux hommes de payer une amende astronomique.  C'est un vol manifeste et un abus de pouvoir pour les éleveurs itinérants.
Dans le bureau du shérif il y a un autre homme: Denton Baxter, un riche propriétaire terrien d'origine irlandaise. Toute la ville est sous le joug de Baxter, et Poole est à sa solde. Baxter qui déteste les éleveurs itinérants demande à Spearman de vite récupérer Moose et de quitter le coin au plus tôt
Avant de partir de Harmonville, ils conduisent Moose chez le docteur Barlow. Ils font aussi la connaissance de Sue, qu'ils prennent pour la femme du docteur. Charley tombe vite sous son charme.
Moose soigné, les 3 hommes reviennent au campement. Button leur apprend qu'ils sont surveillés par 4 hommes cagoulés. Pour Spearman , il n'y a aucun doute: les 4 hommes employés par Baxter sont venus voler leur troupeau. Spearman décide de contre attaquer en les prenant par surprise.
L'affiche américaine
La critique:
Admirable. Tout sonne parfaitement juste dans Open Range. Que ce soit le jeu des acteurs (Duvall n'a jamais été aussi bon), un scénario simple sans être simpliste et une reconstitution du vieil ouest qui ne laisse rien au hasard (précarité des constructions, rues boueuses, décors sans fioriture). On se prend à rêver d'être dans ces prairies conduisant un troupeau comme ces cowboys. Normal les décors naturels somptueux (tout est tourné au Canada) sont sublimés par une photographie magnifique.
On passe un moment jubilatoire, tous les ingrédients d'un western exceptionnel sont réunis:action, grands espaces, et au milieu de tout ça une histoire d'amour inespérée.
Costner nous avait ravi avec Danse avec les loups, et énormément déçu avec The postman.
The postman (western post apocalyptique) se révélait être un nanar pompeux, dégoulinant de bons sentiments, réalisé avec de grosses ficelles. Un échec, tant sur le plan artistique que sur le plan commercial. Costner, intelligemment, a su se remettre en selle avec Open Range et inverser totalement la vapeur. La sobriété est de rigueur et aucune faute de gôut n'est à déplorer. Il réalise le film de sa vie. Il alterne les moments intimes parfaitement avec les scènes d'action. Un dosage parfait, ni trop peu, ni pas assez. Chacun y trouve son compte, même pour les "non fans" de western.
L'excellent critique de cinéma François Forestier dans "le nouvel obs" disait que ce film était fait avec "un bonheur d'artisan". C'est exactement ça.



A noter que le chien sur la carriole n'a pas sa ceinture, et ç'est trois points direct
La note: 19/20

Le plus:
 Réalisé de façon magistrale, le gunfight final restera dans les mémoires comme l'un des plus réalistes.

Le moins:
Pour avoir déjà vu le film lors de sa sortie au cinéma en 2004, je savais qu'en faisant aujourd'hui sa critique, j'aurais du mal a trouver quelque chose de négatif. J'avais le souvenir d'un chef d'œuvre du genre, et je n'ai pas été déçu en le revoyant. Mieux, il s'est bonifié avec le temps. Alors pour chipoter, on va dire que Kevin Costner se situe juste un "léger cran au dessous", niveau jeu d'acteur, que l'immense Robert Duvall et que la très "juste" Annette Bening.


Annette Bening, belle et talentueuse dans un rôle "à la Meryl Streep"




L'anecdote:
Le film est tiré d'un roman de Laura Paine qui s'appelle "The open range men".  C'est aussi elle qui va transformer son bouquin en scénario pour en faire une adaptation cinématographique. Malheureusement, elle décèdera en 2001, 2 ans avant la sortie du film.
(source Wikipédia)
L'acteur irlandais Michael Gambon... qui ne vient pas d'Aoste

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire