Nombre total de pages vues

mercredi 25 janvier 2017

LA VILLE SOUS LE JOUG

(The vanquished ou The gallant rebel). 1953. USA. En couleurs. Une distribution Paramount.
Un film de Edward Ludwig.
Avec dans les rôles pricipaux:
John Payne (Rockwell Grayson)
Jan Sterling (Rose Slater)
Coleen Gray (Jane Colfax)
Lyle Bettger (Roger Hale),
Willard Parker (Capitaine Kirby),
Roy Gordon (le docteur Colfax)
Charles Evans (le général Hildebrandt).


La ville est sous le joug, le pistolet est sous la joue et Stéphane Delajoux (mais je m'égare)

LE RESUME:
En 1866, à la fin de la guerre de Sécession, de nombreuses villes sudistes sont occupées par les forces nordistes, les vainqueurs.
 Des administrateurs civils sont nommés par les autorités pour les administrés, c'est le cas de la ville de de Galestone.
C'est Roger Hale, un "enfant du pays" qui la gère à sa façon. Aidé par sa fiancée Rose Slater, une femme partie de rien qui veut s'enrichir coute que coute et du capitaine Kirby, un ripoux,  Roger Hale règne en despote.
Les malversations se multiplient ainsi que les injustices et malheureusement les pendaisons des citoyens récalcitrant s'enchainent.
Après une de ces pendaisons qui a vu mourir un pauvre paysan du coin qui ne pouvait pas payer ses impôts, les notables se réunissent. Ils sont prêt a se rebeller mais ne savent pas exactement comment procéder. C'est le moment que choisi Rockwell Grayson pour faire "sa rentrée au pays". Grayson était l'un des habitants les plus fortunés de Galestone avant la guerre civile. Ancien officier sudiste, il sort de quelques années de prison. Au saloon, tout le monde reconnait sa bravoure et son courage, il est accueillit en héros.
Les notables lui expliquent que la situation de la ville est critique, mais Grayson leur dit que la guerre est finie et que ca ne sert à rien de s'entêter. Et surtout qu'il faut se plier aux règles de l'administrateur civil. Il est maintenant conspué et reçoit même un coup de poing.
Hale qui vient d'arriver dans le saloon, assiste à la scène. Il paye un verre à Grayson et lui propose même du travail comme récolteur d'impôts.
Ensuite, à la réception de l'hôtel, Rockwell tombe sur son ancien amour de jeunesse: Jane Colfax. Après toutes ces années, ils s'enlacent comme si rien n'avait changé. Ils sont toujours amoureux l'un de l'autre.
Le lendemain, Grayson va rendre visite à Hale dans sa maison (qui était la sienne avant que Hale la réquisitionne) et accepte la place qu'on lui avait proposé. Un poste que les habitants de Galestone considèrent comme une trahison de la part de Grayson.

LA CRITIQUE:
Encore un western qui laisse un gout amer. Pourtant il y avait tous les ingrédients pour faire un bon film: un excellent scénario, des moyens assez importants, et surtout deux méchants "haut de gamme": Lyle Bettger et Jan Sterling.

Mais à coté de ça, les faiblesses sont énormes. Autant les méchants assurent, autant le héros et l'héroïne sont trop fades. John Peigne (oui appelons le ainsi, car il a le charisme d'un peigne) ne convainc pas dans ce rôle complexe. Un "Kirk Douglas" ou un "Robert Mitchum" aurait bonifié le rôle. Payne nous avait habitué à mieux (Quatre étranges cavaliers).
Et la réalisation est vraiment trop faible, peu de prise de risque et  sans aucune imagination.
Ca manque aussi d'action , il faut attendre la 54 ième minute pour que ça s'emballe un peu.

Deux méchants qui "travaillent du chapeau"




LA NOTE: 10/20

LE PLUS:
Un scénario inventif qui sort des sentiers battus du western classique.

LE MOINS:
Trop de faux raccords (qui en deviennent presque amusants).

L'ANECDOTE:
Avant d'être acteur, John Payne a été lutteur professionnel.
Fameuse contrepèterie: Quand il touche à son petit banc, John Payne boude.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire